Loi bioéthique

Loi bioéthique : le Sénat envisage le retrait de la PMA

...
Loi bioéthique
Crédit photo : Envato

Le Sénat a commencé l’étude de la réforme sur la loi bioéthique, mardi 19 janvier. Avant le début de l’examen du projet, certains sénateurs ont avancé le retrait possible de la PMA dans le texte. 

Beaucoup de travail pour rien ? Ce mardi 19 janvier, les sénateurs ont démarré l’examen de la loi bioéthique en seconde lecture. Avant que les discussions ne commencent, certains d’entre eux ont exprimé leur volonté de retirer la PMA du texte. « Cette technique médicale deviendrait demain fondée sur une réponse à une demande, sur la satisfaction d’un désir, quelle que soit la légitimité de cette demande ou de ce désir.”, avance la sénatrice LR Muriel Jourda, reprenant ainsi les revendications de LMPT. La seconde interrogation posée tient à la banalisation par le législateur de l’absence de filiation paternelle.”, a-t-elle ajouté. 

A lire aussi : PMA pour toutes : des femmes visent l’étranger

Depuis sa présentation en 2018, la loi bioéthique n’a cessé de faire des allers-retours entre l’Assemblée et le Sénat. En cause, les élu.e.s des deux chambres peinent à se mettre d’accord sur la légitimité de la réforme, en particulier autour de la PMA. Certains d’entre eux crient tout haut les arguments de LMPT ; marchandisation du corps, fissures dans le modèle familial traditionnel, etc. A l’extérieur, la situation ne vient pas arranger les choses. En cause, le mouvement des gilets jaunes, la grève SNCF ou encore la crise sanitaire ont impacté sur l’adoption du projet. Finalement, l’Assemblée Nationale finit par adopter le texte en seconde lecture, en juillet 2020. Aujourd’hui, le texte va-t-il franchir un cap décisif avec l’aval définitif du Sénat ?

Réduire l’attente 

En plein examen de la réforme, certains ministres sont montés au créneau pour faire accélérer l’adoption de la réforme. En tête, Olivier Véran, chargé de la santé, envisage de saisir le conseil constitutionnel pour lancer les premières démarches de PMA durant l’été. “L’idée est qu’on puisse lancer les premiers parcours de PMA à la fin de l’année 2021« , a-t-il exprimé dans un communiqué officiel. Avec le soutien d’Elisabeth Moreno, le ministre de la santé a déclaré sa volonté ferme d ‘inclure le remboursement de la PMA par la sécurité sociale. 

Avatar

FERMER
CLOSE