Marion Gardes

Marion Gardes, journaliste chez Garçon Magazine

...

Marion Gardes intègre la rédaction de Garçon Magazine peu de temps après ses études en journalisme, en septembre 2020. Pendant quatre mois, elle a porté sa plume pour rendre visible la communauté. Elle se confie.

Marion Gardes

Comment es-tu arrivée au métier de journaliste, Marion Gardes ? 

J’ai toujours aimé écrire sur à peu près tous les sujets. En plus, j’ai toujours été très curieuse, de nature. Au final, je me suis rendu compte que le métier qui mettait le plus en avant ces deux qualités, c’était celui de journaliste, alors je me suis lancée ! 

Quelle touche as-tu mis dans la rédaction ? 

Je dirais que je suis la petite touche féminine dans cette rédaction 100% masculine. Je pense que je suis aussi la petite touche de fraîcheur, puisque je suis nouvelle dans l’équipe, et le changement, ça ne fait jamais de mal ! 

A lire aussi : Alba, “le tantrisme nous donne la liberté de nous accepter tels que nous sommes”

Est-ce qu’il y a une part militante dans le fait de travailler pour un média LGBT ? 

Je pense que ce n’est pas toujours le cas, du moins pas dans tous les médias LGBT+. Mais c’est évident qu’à partir du moment où l’on aborde un sujet touchant la communauté LGBT+, on s’engage déjà un peu quelque part. Tout est une question de degré d’engagement après, en tout cas, personnellement, je trouve que c’est important, voire nécessaire, de s’engager un peu.

Tu te vois où dans dix ans ? 

Je me vois vivre à l’étranger, à New York ou quelque part en Australie, pourquoi pas. J’espère travailler dans un magazine qui partage mes valeurs, c’est très important pour moi. Mais surtout, je veux vivre avec un animal de compagnie, un chat de préférence. C’est un peu triste comme rêve mais honnêtement je n’en demande pas plus ! 

Découvrez également : L’association Stéphane Lamart se projette sur le long terme

Quel a été ton parcours avant garçon magazine ? 

Après une année de Fac d’anglais qui ne m’a rien apporté du tout (hélas), j’ai tout plaqué pour devenir journaliste, quelle idée me direz vous. J’ai donc intégré une école de journalisme à Paris, l’ISCPA, grâce à laquelle j’ai pu réaliser des stages chez Allociné, Les Clés de Demain et Chorus, avant d’intégrer cette année l’équipe de Garçon Magazine ! 

Une bonne résolution pour 2021 ? 

Il y en a plusieurs qui me viennent en tête spontanément. Déjà, je dirais profiter de la vie, même si c’est bateau, parce que s’il y a une chose que cette fichue pandémie nous a appris, c’est qu’on ne sait jamais de quoi demain sera fait ! Dans le même esprit, je pense qu’il est important de rappeler à ses proches qu’on les aime et de le leur dire plus souvent. Du coup, papa, maman, si vous lisez ça, je vous aime !

Découvrez la suite de l’interview dans le nouveau numéro de Garçon Magazine.

Tristan Barreiros Gueunier

Sa passion secrète : il écoute Les Grosses Têtes de Laurent Ruquier tous les soirs en podcast, il ne peut pas dormir sinon... Sa manie : il ne peut pas s'empêcher de répondre et enchainer une chanson à chaque fois qu'on lui parle...
Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

FERMER
FERMER