Courts-métrages gays : « Le choix des maux »

...
le choix des maux

Chaque semaine, on met à l’honneur des courts-métrages gays. Après Non-conforme et De tout cœur on vous présente Le choix des maux de Nicolas Guittet.

Le pitch Courts-Métrages gays de : Le choix des maux

Sorti en 2018, le deuxième film du réalisateur Nicolas Guittet, raconte l’histoire d’Antoine, un jeune gay qui prend la décision importante de faire son coming-out auprès de ces parents. Après avoir partagé ces intentions avec son psy, il commence à dresser des plans dans sa tête de ce moment tant attendu. Comment va-t-il aborder ce sujet délicat qui lui fait peur ? Ces parents, vont-ils accepter sa sexualité ou au contraire, vont-ils le rejeter ? Des questions sans réponses occupent l’esprit de ce jeune homme qui ressent la nécessité de faire face à cette problématique dans le but de trouver l’harmonie.  

Pourquoi on aime ce film ?

Le choix des maux retrace les émotions d’un jeune homme piégé dans des situations imaginaires. Il reporte depuis longtemps son coming-out, mais cette fois-ci, il décide de franchir le pas et de se débarrasser de tout devant ces parents. Ainsi, Antoine se rend compte que cela peut avoir des conséquences graves sur sa relation avec eux, mais le désir est plus grand que la peur. Le choix des maux représente une période que tous les gays ont traversé, celui du courage d’assumer sa sexualité, peu importe le prix. Il n’est pas donc difficile pour les spectateurs de découvrir une partie de leurs propres histoires en regardant ce court-métrage. Ce qui est la raison principale d’aimer ce production signée Nicolas Guittet.

A lire aussi : COURTS-MÉTRAGES GAYS : “DE TOUT COEUR”

Focus sur une scène : Un conte de fées

« Pour certains, ce film n’est qu’un conte de fées et pour d’autres un bon souvenir. » Cette phrase courte, sur un cliché nocturne à la fin du film, présente son essence et son but. Nous avons tous des vies et des parents différents. Ainsi, l’histoire d’Antoine ne pourrait pas être l’histoire de chaque gay qui a fait face à cette situation. Néanmoins, un peu de magie dans une réalité parfois trop grise est toujours bienvenue. Ce qui est le but principal de tous les contes de fées. Cette naïveté touchante est l’atout principal de Le choix des maux.   

Qu’avez-vous pensé de ce dixième des courts-métrages gays traités, Le choix des maux? Est-ce votre préféré ?

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

FERMER
FERMER