VIH : deuxième cas mondial d’un patient en rémission

Le patient a reçu des cellules souches de donneurs ayant une mutation génétique rare qui empêche le virus de s’installer ! À l’occasion d’une conférence médicale qui se tiendra...

Le patient a reçu des cellules souches de donneurs ayant une mutation génétique rare qui empêche le virus de s’installer !

À l’occasion d’une conférence médicale qui se tiendra aujourd’hui (mardi 5 mars), des chercheurs doivent annoncer la rémission d’un second patient atteint du VIH-1, le virus à l’origine du sida. Après avoir interrompu son traitement depuis près de 19 mois, « le patient de Londres » peut se considérer comme probablement guérie.

Cette avancée considérable intervient dix ans après le premier cas confirmé du « patient de Berlin », seul individu à ce jour à s’être remis de cette maladie mortelle. 

Un procédé minutieux inapplicable à grande échelle

Roman Krakovsky président des Séropotes déplore malgré tout un traitement « inadapté au grand public » mais reconnaît « une véritable avancée qui permet de mobiliser de nouveau tout le monde autour de la recherche ». 

Les deux patients ont subi des transplantations de moelle osseuse pour traiter des cancers du sang, en recevant des cellules souche de donneurs ayant une mutation génétique rare qui empêche le VIH de s’installer.

« En parvenant à une rémission sur un deuxième patient tout en utilisant une approche similaire, nous avons montré que le ‘patient de Berlin’ n’a pas été une anomalie », a dit le principal chercheur Ravindra Gupta, professeur à l’Université de Cambridge, en faisant référence au premier cas mondial de rémission chez un malade atteint du VIH.

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

Vous aimerez aussi :