Scène de films LGBTQI+ cultes : La scène d’amour sur la plage, Moonlight

...
Capture d’écran IMDb

Chaque vendredi, Garçon Magazine vous fait (re)découvrir une scène culte d’un film LGBTQI+. Après « Le Secret de Brokeback Mountain », « Harvey Milk » et bien d’autres, on s’intéresse cette semaine au film Moonlight.

Voici un aperçu d’une des scènes de films LGBTQI+ cultes, avec “La scène d’amour sur la plage » dans Moonlight :

Moonlight est un film pionnier, et pour cause. En 2017, il gagne le premier Oscar du meilleur film dont le héros est gay et dont le cast est entièrement noir. Une petite révolution initiée en douceur par Barry Jenkins. Dans cette scène, Chiron (Ashton Sanders) est le bouc émissaire de ses camarades de classe, particulièrement du jeune Terrel. Chiron devient alors ami avec Kevin, dont les exploits sexuels fictifs exercent sur lui une certaine fascination. Sur une plage nocturne, éclairés par la clarté de la lune, les deux garçons s’embrassent et se donnent du plaisir.

Pourquoi on aime cette scène ?

Si on aime autant cette scène, c’est pour la douceur avec laquelle les jeunes garçons se touchent, se découvrent et s’embrassent. Aussi douce que puissante, cette scène entre deux hommes noirs homosexuels a toute son importance, encore aujourd’hui, compte tenu de la société dans laquelle nous vivons. Une belle leçon d’amour !

Le pitch du film

« Moonlight » raconte en trois parties la vie d’un jeune gay, Chiron, dans un ghetto noir de Miami. Entre son enfance rythmée par les maltraitances de sa mère droguée, Paula, son adolescence marquée par des camarades de classes agressifs et sa vie de jeune adulte renversée après sa rencontre avec le dealer de drogues généreux, Juan, Chiron n’a pas la vie facile. Ce qui s’apparente à de mauvaises caricatures dans ce film sur la violence des ghettos américains est en fait plutôt révolutionnaire. Personnel et intime, « Moonlight » présente des personnages complexes et émotionnellement intenses, pour notre plus grand plaisir.

(Re)découvrez ce film en visionnant la bande d’annonce :

FERMER
FERMER