Catherine de Goursac

Catherine de Goursac, les hommes et l’esthétique

...
Catherine de Goursac
© Anne de Vandière

Le Docteur Catherine de Goursac exerce la médecine esthétique depuis plus de 25 ans. Elle a vu évoluer considérablement sa clientèle masculine au fil des années et nous explique comment cela s’est produit lors d’une interview inédite.

Depuis quand avez-vous constaté que les hommes accordaient de plus en plus d’importance à l’esthétique, Catherine de Goursac ? 

Depuis une quinzaine d’années. Il y a en effet une nette augmentation du pourcentage d’hommes qui ont recours à l’esthétique. Elle va grandissante, plus les gens sont jeunes, plus ils sont demandeurs. En ce sens, je n’ai pas beaucoup d’hommes de 50/55 ans, leur proportion est de 5% je pense. Plus on arrive vers les 20-35 ans, plus on tourne autour des 20/30% d’hommes. J’ai remarqué que l’augmentation de la demande ou de la volonté de se faire traiter démarre très tôt chez l’homme. Les hommes plus âgés considèrent qu’ils n’en ont pas besoin, ou ils n’ont tout simplement pas ce problème en tête. 

Comment expliquez-vous cette tendance à l’esthétique chez les hommes ? 

Je pense que cette tranche d’âge a été élevée avec des gens qui ont pris l’habitude de s’occuper d’eux. Ils ont grandi avec des pratiques telles que l’orthodontie, l’orthophonie, la santé alimentaire, le sport. Ce qui n’est pas le cas des générations plus anciennes. Au fur et à mesure des années, on a eu de plus en plus de demandes de prise en charge de soi-même. Un homme jeune sait qu’il doit piloter son corps, alors qu’une personne plus âgée aura plus tendance à laisser faire la nature. C’est la même façon de piloter son corps que de piloter son apparence. 

A lire aussi : PRENDRE SOIN DE SON PHYSIQUE, COMMENT FAIRE ?

Dans un second temps, j’ai pu constater à travers de nombreuses études et l’écriture de mon livre sur « Le pouvoir de l’apparence » son impact sur les hommes. Mon livre regroupe des études sociologiques qui montrent l’impact de l’apparence non seulement sur un plan professionnel mais aussi sur le plan personnel. J’ai constaté que lorsqu’on est bien dans son corps, qu’on apprend à aimer son physique, on réussit mieux sur le plan carrière et donc sur le plan financier. 

Découvrez la suite de l’interview avec Catherine de Goursac dans le nouveau numéro de Garçon Magazine.

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

FERMER
FERMER