Frédéric Motte, artiste de la beauté masculine

...

Frédéric Motte est un photographe professionnel basé à Bordeaux. Dans ses clichés, il explore toute la beauté du corps masculin jusqu’à sa plus profonde intimité. Fabien Billet, Yan Tournier, Tony Lambert, Pierre Bondon, Coé Cense… Tous sont passés devant l’objectif de l’artiste en sous-vêtements où dans leurs tenues d’Adam. Le temps d’une pause photographique, Frédéric Motte nous livre toutes les facettes de son art. 

Frédéric Motte, les modèles que vous photographiez sont tout feu tout flamme sur les clichés, parfaitement à l’aise à l’idée de se dénuder. Le font-ils naturellement ou y a-t- il un temps en amont où vous mettez en confiance le modèle ? 

Les modèles avec qui je travaille sont très souvent à l’aise avec moi, car nous échangeons ensemble en amont sur le rendu que je souhaite (ou qu’ils souhaitent) obtenir, sur le style de photos que nous allons réaliser ensemble. Lorsque cela est possible, je les rencontre autour d’un café et nous discutons, faisons connaissance avant de programmer ou planifier la séance. 

A lire aussi : Kenzo, modèle photo de Tom Saint-Clair

C’est très important pour moi afin d’établir une relation de confiance. Pour que la magie opère, il faut qu’il y ait un bon feeling entre le modèle et le photographe, sinon cela se ressent sur le cliché final. 

En ce sens, comment se déroule une séance photo avec vous ? 

Très bien (rires). Elles se font en musique, ce qui permet au modèle et à moi-même, d’être dans une ambiance cool et décontractée. Les séances se déroulent sans pression dans un cadre agréable, “bon enfant” et serein, dans un studio que j’ai aménagé dans ma maison près de Bordeaux. Tout en gardant le professionnalisme utile et indispensable au résultat, bien évidemment. 

On prend un café ou un thé ensemble tout en échangeant sur le contenu de la séance. Ensuite, on fait quelques essayages des « tenues » afin de trouver le bon styling et les attitudes qui conviendront le mieux pour les photos. Une petite « retouche » Make Up, histoire d’avoir un teint homogène puis c’est parti. 

En lien avec votre feed, les modèles auxquels vous faites appel sont assez souvent les mêmes. Est-ce voulu ? 

En plus de 10 ans, j’ai photographié un grand nombre d’hommes. Donc, si certains s’y retrouvent plus souvent que d’autres, c’est que nous avons tissé des liens d’amitié forts et surtout qu’ils ont un grand respect pour mon travail et une grande confiance en moi. Alors, s’ils reviennent c’est parce qu’ils aiment travailler avec moi. 

De cette manière, sur quelle base sélectionnez-vous les modèles ? 

Avoir un joli visage, être dessiné, athlétique ou musclé, avec ou sans poil, avec ou sans tatouage… Concrètement, la sélection du modèle dépend de la série photos à réaliser (style, thématique, marque partenaire, etc.); puisqu’elle va se construire autour de lui.

Découvrez la suite de l’interview avec Frédéric Motte dans le nouveau numéro de Garçon Magazine.