christophe berthier

Portrait Rainbow : Christophe Berthier, Président de l’autre cercle

...

Président de la fédération nationale de L’autre cercle, Christophe Berthier s’est toujours engagé en faveur des droits LGBTQI+. Depuis 2003, l’activiste a soutenu l’élaboration de chartes spécifiques pour le milieu professionnel et les instituts de retraites. Un engagement qui a, aujourd’hui, porté ses fruits.

En quelques mots, comment définissez votre engagement pour la communauté LGBTQI+, Christophe Berthier ? 

Investir au quotidien le champ du monde du travail sur les questions de l’inclusion des personnes LGBT+ demeure mon engagement premier dans la lutte contre les LGBTphobies. 

Le monde des décideurs doit apprendre à respecter toutes les diversités y compris les personnes quelles que soit leur orientation sexuelle ou identité de genre. l’exemplarité doit venir d’en haut. 

Sous l’étendard de L’autre cercle, vous avez participé à l’élaboration d’une charte sur le “bien vieillir LGBTQI+”. En quoi est-ce important pour vous ? 

Depuis sa création en 1997, l’autre cercle réfléchit sur le vieillissement et la retraite pour les personnes LGBT+. En 2006, un pôle dédié à cette question a travaillé dès 2006 pour qu’une « Charte d’Engagement sur le Vieillir LGBT de L’autre cercle » puisse voire le jour. 

Une enquête sur les besoins ressentis par les personnes LGBT+ pour pouvoir améliorer et élargir les actions sur le vieillir LGBT+ a également été menée en partenariat avec Audiens en 2015. Vous êtes également impliqués dans la sensibilisation sur les droits LGBTQI+ dans le milieu professionnel. 

Votre action porte-t-elle ses fruits ? 

L’autre cercle a participé à un débat rassemblant une centaine de personnes issus du monde de l’entreprise. Elle a aussi piloté par Accenture France, évoquant l’idée de lancer une charte LGBT+ au sein du monde professionnel. Une première en France et en Europe à vouloir porter la rédaction d’une charte sur l’unique thème des LGBT+ plutôt que sur la diversité au sens le plus large. 

A lire aussi : “Disarm Hate” prend les armes contre les LGBTphobies

Lancée début 2013, elle réunit aujourd’hui 140 signataires du monde de l’entreprise, des collectivités ainsi que de plusieurs ministères. Un baromètre se met en place tous les deux ans depuis 2017 en partenariat avec l’Ifop. Il permet d’évaluer le vivre ensemble des personnes LGBT+ au sein des structures signataires. 

Aujourd’hui, pensez-vous avoir tout accompli ? 

Lorsque j’ai rejoint L’autre cercle, début 2003, j’ai mesuré l’importance de se structurer au sein du monde du travail. Aujourd’hui je peux évaluer tous les travaux qui ont été accomplis au sein de cette association grâce aux équipes successives. 

Conséquence de tout cela, vous considérez-vous comme un exemple, un vétéran LGBTQI+ ? 

Un ancien combattant ? Jamais ! La cause que je défends est de plus en plus soutenue, dans le monde professionnel, associatif ou encore politique. Toutefois, elle nécessite une vigilance quotidienne. 

En 2020, trop de jeunes LGBT+ sont encore discriminés malgré l’évolution de notre société et les lois votées qui permettent d’atteindre petit à petit l’égalité des droits pour tous.

Retrouvez d’autres portraits rainbow comme celui-ci dans le nouveau numéro de Garçon Magazine.

Avatar

FERMER
CLOSE