Daddy Squared

Daddy Squared, le média qui fait parler les familles gays dans le monde

...

Daddy Squared, ce sont les aventures de Yan Dekel, de son conjoint et de ses deux enfants. Lancé en 2017 à titre personnel, ce site montre une famille gay qui raconte et partage des histoires et conseille ses pairs sur divers sujets relatifs à l’homosexualité. Soit, un sacré carnet, mêlant intime et voyage, à destination de sa communauté et qu’il continue d’alimenter, même en temps de pandémie. Il en parle avec nous. 

Dans quelles circonstances Daddy Squared est-il né, Yan Dekel ?

C’était fin 2016, un an après avoir eu mon premier enfant. À l’époque, j’ai écrit une chronique personnelle dans la section LGBT du Huffington Post, sur des choses que j’ai apprises au cours de ma première année en tant que père. Quand j’ai eu des retours de papas gays comme moi (un en particulier), j’ai réalisé que je pouvais écrire davantage sur ce sujet. Ainsi, le site a pris forme.

À ce moment, avez-vous considéré cette tâche comme un devoir ?

Pas au début non. Ce n’est que lorsque j’ai commencé à recevoir des commentaires de personnes, des courriels et des messages sur les réseaux sociaux, que j’ai compris que cela pouvait profiter à beaucoup de gens. 

Ensuite, il y a eu votre podcast…

Effectivement. Lorsque nous l’avons lancé en 2018, Daddy Squared est devenu encore plus puissant. Nous avons continué à répondre aux e-mails de gays du monde entier, qu’ils soient ou non pères de famille et qui nous écoutent parce qu’ils nous trouvent drôles et intéressants.

À lire aussi : GPA : la justice israélienne prend une décision majeure

Un an plus tard, alors que nous avions emmené nos enfants dîner, des personnes sont venues nous voir. Elles nous ont remerciés, car, grâce à notre podcast, ils ont pu recourir à l’adoption. Tout est, en conséquence, devenu réel pour nous, c’était incroyable. 

Aujourd’hui, êtes-vous toujours aussi fier de proposer ce guide pour les papas gays ?

Beaucoup, oui. J’essaie de ne pas me limiter à un seul type d’article et de varier les contenus. Et puis, il est très important pour moi de partager des choses qui ne concernent pas directement la paternité, mais également celles sur le manque de confiance en soi et la vie de couple. 

Même après que nous soyons papa, ces moments n’arrêtent pas de se produire. Au contraire, nous avons encore nos problèmes personnels et relationnels. Je suis donc très fier de le montrer sur Daddy Squared, ainsi que mes imperfections.

Finalement, diriez-vous que Daddy Squared est militant ? 

Clairement, oui, mais ça n’a pas toujours été le cas. Au départ, comme nous étions seuls avec nos deux bébés et sans aucune famille à qui parler, nous avons voulu tendre la main d’autres hommes gays.

Retrouvez également : La PMA pour toutes trouve enfin son dénouement

En voyant le succès de notre podcast, nous réalisons vraiment que nous représentons cette communauté. Et puis, voir qu’il est régulièrement répertorié sur les sites de téléchargement dans des endroits comme la Hongrie et la Pologne, où il y a tant de reportages sur l’homophobie, donne aux familles de papas homosexuels une visibilité incroyable.

Daddy Squared

Enfin, je crois fermement que ce type de représentation aide les gens à réaliser qu’être des papas homosexuels, c’est la même chose. Si ça, ce n’est pas une forme d’activisme !

Plus d’infos : 

Daddy Squared est également très présent sur les réseaux sociaux Facebook et Instagram. L’activité du site va reprendre son cours à la rentrée avec de nouveaux types de contenus, toujours autant poussés que les précédents. So, stay tuned ! 

Avatar

FERMER
FERMER