« Petite Fille » : l’histoire bouleversante d’une jeune enfant transgenre

...

« Petite Fille » suit de près l’histoire de Sasha, 8 ans, née dans un corps de garçon, mais se sentant fille depuis toujours. Le combat livré par l’enfant et par sa famille dans ce documentaire de Sébastien Lifshitz est des plus bouleversant.

Crédit photo : Arte / Agat Films et Cie

Pendant un an, le réalisateur Sébastien Lifshitz a suivi le quotidien de la jeune Sasha, de sa famille, de leur combat. Cette dernière, du haut de ses 8 huit ans, est née dans un corps de garçon, mais ne s’est jamais senti en tant que tel. Sébastien Lifshitz a trouvé les parents de Sasha sur un forum de parents confrontés à la « dysphorie de genre » de leur enfant. Touché par leur histoire, il a décidé d’en faire un film. Son but ? Dénoncer une médecine incompétente et la fermeture d’esprit de beaucoup de monde. En effet, dans le film, on déplore le comportement du directeur d’école et de la professeure de danse de la petite Sasha, tout deux faisant part de beaucoup d’ignorance, parfois même de cruauté. Durant 1h30, « Petite Fille » montre une petite fille introvertie mais déterminée, parfois désemparée face au monde fermé d’esprit qui l’entoure. A travers des images sublimes, on découvre les nombreux obstacles que Sasha doit franchir chaque jour.

Une histoire poignante

Dans le documentaire, la mère de Sasha, Karine, avoue avoir d’abord cru à une simple passade. Mais au fil des années, les propos de son enfant se sont fait de plus en plus évidents : « quand je serai grand, je serai une fille », « je déteste mon zizi ». Karine a aussi pu constater le bonheur qu’a ressenti sa fille lorsqu’elle a enfin pu s’habiller avec des jupes, des ballerines et lorsqu’elle a enfin pu parler d’elle au féminin. L’une des scènes les plus touchantes du film met en scène, Karine lors d’un rendez-vous à l’hôpital. Cette dernière y rencontre une spécialiste qui mettra enfin un mot sur la « dysphorie de genre » dont souffre Sasha. Alors que la mère explique que durant sa grossesse, elle avait a tout prix souhaité avoir une fille, elle confie également qu’elle se sent responsable du malheur de sa fille. Le médecin lui assure alors que ce n’est en aucun cas lié avec ce que Sasha ressent. Karine fond alors en larmes, et nous de même.

« Petite Fille » est déjà disponible sur Arte.tv et sera diffusé mercredi 2 décembre sur Arte.

FERMER
FERMER